«

»

Essai : Les débuts

Salut les loulous ! J’ai pas chômé, franchement, je vous ai pas sorti autant de contenu depuis des années ! Cette nuit, pour les plus insomniaques d’entre vous, vous avez le droit au début d’un je-ne-sais-trop-quoi, un bout de nouvelle science-fictionnesque, libre à vous de commenter, je rappelle d’ailleurs qu’il y a une section spéciale dans le nouveau forum pour venir papoter de l’avancée du bousin, donner son avis ou théoriser à propos du futur de ce pauvre gars perdu dans l’espace :) Pour l’instant il n’y a pas de titre, je pense qu’il viendra avec le temps… Seeya !

C’est bien ce que je pensais, personne n’osait me l’avouer mais faut regarder la vérité en face : j’ai un début de calvitie. A mon âge, c’est tout de même triste, avouons-le. Tous ces cheveux clairsemés, cette peau ingrate qui se découvre, je hais mon ADN. Avec tout ce qu’on peut faire aujourd’hui pour combattre ça, j’en suis à le subir tout de même.

Enfin franchement, les autres auraient pu m’avertir, je suis certain qu’ils ont du bien se gausser derrière mon dos à propos de ma tignasse, Mais merde j’suis leur commandant après tout, un peu de respect ! Je suppose que hiérarchiquement parlant, venir me dire que je vais devenir aussi chauve qu’un œuf dur, n’était pas la meilleure des idées. Ils ont préféré se taire et ne pas risquer le blâme pour outrage. Fait chier quand même, j’aurais pu demander un changement de gène s’ils m’avaient prévenu !

Bref, mon corps dérive dans l’espace, en orbite autour de cette géante gazeuse… Très jolie au demeurant, d’un vert pâle mélangé de bleu et d’orange, je comprends pourquoi on l’a appelé Emarald. C’est beau, ouais, mais j’aurais préféré ne pas être mort, j’aurais pu en profiter un poil plus et aller me taper une bière bien fraiche sur la lune habitable. Quoique, juste avant que tout n’explose, j’ai eu mes deux minutes de contemplation. Vous voulez que je vous dise, c’est putain de long DEUX MINUTES ! C’est comme se retrouver en train de faire la queue au mess le jour où ils servent des fruits. Non je n’exagère pas, j’ai eu le temps de me pisser dessus ; de prier toutes les entités religieuses de l’Univers ; de m’auto-pardonner pour avoir écrasé le hamster cloné de ma voisine quand j’avais 15 ans et que j’apprenais à conduire ; j’ai même eu le temps de faire du zèle et d’activer la balise de détresse. Trente secondes de plus et je m’allumais une clope pour dire d’avoir essayé au moins une fois dans ma vie. Manque de pot, vu que l’Administration Générale a interdit le tabac il y a plus de cent ans, ma dernière volonté est partie en fumée. Ahah ! Mon dieu je suis mort et je continue de faire de l’humour totalement nul. J’en suis presque à comprendre pourquoi j’ai eu autant de râteaux dans ma vie.

Pfiouuuu ! Ils foutent quoi bordel ? J’vais pas attendre là comme une merde qu’ils daignent venir chercher les débris. Ah ça, pour faire le malin dans un joli vaisseau de remorquage flambant neuf, il y a un monde pas possible mais dès qu’il s’agit d’aller réellement au turbin, vous verrez plus personne. C’est pas compliqué pourtant : vous venez, vous agrippez le reste de vaisseau qui se traine dans le vide et hop vous repartez à la maison d’un seul battement de cil. C’est pas comme si vous deviez vous battre, contrôler tout un tas de boutons qui clignotent de partout, calmer votre équipage qui part dans tous les sens en hurlant, c’est juste une putain de dépanneuse de l’espace ! Dès qu’ils se pointent, je vais les gratiner, vont vraiment se chier dessus ! Merde !

Voyez dans quel état ça me met tout de même ? Incapable d’avoir une conversation normale sans y mettre une insulte ou un juron. M’enfin vous seriez dans ma position, je suppose que vous en viendrez aussi à maudire un peu tout ce qui vous tombe sous la main. Si vous aviez encore une main bien sûr. Ma gauche vient d’ailleurs de dépasser mon pied droit, ça en serait presque gracieux, si c’était pas si morbide. Je suis limite content que le vide glacial ait congelé mes fluides et tout le reste, je me disperse moins. Si ça avait pu faire quelque chose pour ma calvitie, j’aurais été fou de joie. Manque de pot, j’ai une coupe improbable qui tangue entre l’ours et le serpent : moitié moquette, moitié chauve. Je devrais pas être si coquet mais étant partiellement décédé, je pense avoir le droit de l’être. Finir comme ça, c’est vraiment pas digne.

Allez. Calme-toi, calme-toi. Dis-toi que d’ici quelques heures, peut-être un ou deux jours, tu auras de nouveau une apparence normale. Divine science qui nous prodigue tous les jours ses bienfaits, je te sanctifie. Je sais que pour vous, cela restera du domaine du rêve, mais que voulez-vous, un commandant de vaisseau de classe A apparenté à la flotte militaire administrative a des passe-droits qui valent le détour. La résurrection assistée et une maison sur Callisto… Oui bon ok, un appartement de 30m² avec une baie vitrée qui donne sur Jupiter, mais ça a moins de panache quand on le formule comme ça. Je peux toujours me la péter avec la vue magnifique mais là j’en ferais peut-être trop. Mais sérieusement, vous devriez venir faire un tour, c’est super beau. J’en rajoute hein ? Hum, j’ai même pas de vraie cuisine si ça peut vous réconforter. Non ? Euh, bah, je sais pas moi, vous êtes marrant, allez trouver un truc à redire à propos de ça ! On s’arrache les yeux juste pour pouvoir y passer quelques jours en croisière, je peux pas vous pondre, en dix secondes, un truc qui serait naze là-dessus, juste pour vous faire sentir moins miséreux ! Engagez-vous, vous aurez p’tet de la chance. Quoique, si vous avez autant de « chance » que moi, vous viendrez me rejoindre et on se baladera main dans la main dans le vide. Enfin nos mains se baladeront… Nous, on aura juste l’air ahuri, avec les cheveux qui partent dans tous les sens.

Mais qu’est-ce que je vais bien pouvoir foutre en attendant !? Je ne peux même pas me retourner pour admirer la planète. Je suis restreint à admirer mon corps démembré avec l’Univers en fond. En fait, j’ai la terrible chance de pouvoir me voir de dos pour la première fois et mes compagnons sont obligés de contempler le spectacle… Pas ma faute à moi si on ne peut pas faire bouger la caméra ! C’est déjà énorme qu’il y en ait une. D’ordinaire, elle sert à repérer des vaisseaux ennemis quittant les lieux de l’accident au cas où le journal de bord n’est pas complet. Si tant est que cela soit la faute de quelqu’un d’extérieur… De toute manière, elle est codée pour suivre des objets vivants ou se déplaçant à une vitesse donnée. Alors le bout de gras amputé devant elle, elle s’en tape comme de l’an 2000 !

Bon j’vais essayer un truc à la con. Y A QUELQU’UN ?? HELLO LES MECS ! Ok, j’aurais tenté mais apparemment je n’ai pas la possibilité de parler avec les autres. Oh purée mais c’est horrible ! On est tous coincé là-dedans, on sait qu’il y a quelqu’un d’autre pas loin, mais impossible de communiquer. Juste le silence. Oh la vache, ça va être considérablement plus chiant que je le pensais !

1 ping

  1. Essai : reboot ? » Lyrya

    […] vous souvenez peut-être, vu que c’était y a pas si longtemps, je vous ai posté un début de nouvelle de science-fiction écrite avec mes petits doigts agiles et musclés. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <span style="">

+ 73 = soixante-dix sept

o_O ^^ T_T B) @_@ >_< ;) :x :sarcastic: :sad: :pirate: :p :ouf: :nomnom: :nerdy: :money: :malade: :mad: :grr: :evil: :cube: :crazy: :chut: :angel: :O :D :? :3 8O -_- +1 *_* *^^* (L) (K) -1

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.