5 raisons pour vous faire aimer les transports en commun

Une fois n’est pas coutume, j’ai encore envie de râler ^_^ Une fois n’est pas coutume, j’ai envie de pester contre les automobilistes. Une fois n’est pas coutume, je vais vous faire aimer votre carte Navigo <3

Noumber FIIIIIIIIIIIIIVE \o/

Les vieux sont tous des cons

Je ne sais pas si ça vous le fait quand vous êtes au volant ou même à pied, il arrive souvent qu’on croise des charmantes personnes âgées, armées de bonnes intentions, qui s’émerveillent du monde qui les entoure (comme si ça faisait pas assez longtemps qu’ils étaient sur Terre…) et qui oublient totalement que VOUS avez un rendez-vous urgent à 30 bornes de chez vous, il y a 20 minutes de cela. Outre l’énervement totalement hulkien que vous ressentez derrière le volant de Titine, voilà-t-y pas que le monde entier se tourne contre vous et vous assène cette vérité écrasante mais teintée de compassion : « Cherche pas gros, l’est pas fait pour toi ce boulot de toute manière… » Malgré tout ça, vous persistez à croire que vous pourrez remonter dans le temps en bourrant comme un connard sur l’autoroute, mais c’est sans compter LE PETIT VIEUUUUUUUUUUX *voix off masculine qu’on trouve partout dans les trailers et qui est super connue, sisi mais si tu connaiiiiiiis*

Le petit vieux en voiture, c’est un peu comme une grosse merde de chien que le-dit chien (genre gros doberman bien massif mais gentil quand même… gentiiiiiiiil le chienchien Oo) est entrain de faire à 10m devant vous. Vous la voyez. Vous en êtes limite à la sentir. Vous vous sentez confiant, vous allez l’éviter tel un prince, et vous rirez du con qui marchera dedans « Nan parce qu’on atteint les sommets, doit y avoir un bon kilo là ! » Vous en êtes à imaginer la tête du gars, les yeux fixés sur cette bouse abominable, quand survient le drame. La crotte de teckel d’il y a 3 jours. La fourberie matérialisée. Aaaaah vous l’aviez pas vu venir celle-là, trop préoccupé à ne pas vous remplir la pompe de merde fraiche, vous en avez oublié celle du petit chien teigneux. Celle qui, malgré sa taille relativement petite, ne vous lâchera pas de la journée parce que collée au plus profond de votre semelle. C’est ce qu’on appelle se faire empapaouter cordialement.

Voilà ce qu’est le petit vieux en voiture, une merde de teckel (ou de yorkshire, ils aiment bien ces ptites saloperies-là les vieux). Vous étiez prêt à mort, le jour de votre vie, le corps vissé dans un magnifique costume flambant neuf jamais ressorti depuis le mariage de Tata Ginette, vous alliez déchirer à cet entretien. Mais voilà, à peine sorti de votre place de parking, voilà qu’un gros *biiiiiiip* de *biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip* vous grille une priorité et vous flanque les corones au niveau des tétons. Après avoir échappé à la Faucheuse, vous repartez confiant et serein en vous disant que c’était peut-être le Destin qui vous faisait un signe en vous sauvant d’une mort atroce et en plusieurs morceaux. Mais c’était sans compter le petit vieux. Oui oui celui qui était juste derrière le con et que vous n’avez pas vu, puisque vous en étiez à vous demander si vous aviez bien tous vos doigts. Vous repartez donc normalement, un œil vissé sur l’horloge encore à l’heure d’hiver 1988 et un autre sur votre vitesse, vous sifflotez histoire de vous détendre, vous reprenez du poil de la bête : « Allez Papayou, tu peux le faire, tu vas l’avoir ce job ! Si ce p*tain de trou du c*l voulait bien se magner le fi… Oh merde. »

Oui vous vous rendez compte à présent que le sphincter devant vous est un petit vieux et vous sentez une larme couler le long de votre joue. Elle ruisselle lentement pendant que vous vous remémorez la route pour aller à votre rendez-vous : 10 km de route en pleine campagne, tortueuse, en ligne continue, aucune visibilité, 10km avant de pouvoir rejoindre l’autoroute, 10 longs kilomètres que vous allez à présent passer avec Petit Vieux devant vous. Autant mettre du Céline Dion dans la voiture, ça ira avec le reste. Comment se comporte un petit vieux dans ce cas très précis ? (oui en fait dans tous les cas il agira comme ça mais passons) Le PV, pour faire plus simple, agit de manière quasiment automatique, son permis, MÔSIEUR, il l’a eu pendant la guerre, c’était un autre temps, c’était dur ! Outre son allure relativement modérée qui lui permet de doubler un escargot éventuel, il freinera certainement sans raison apparente, vous laissant pantois sur votre frein. Pour lui aussi, les clignotants qui vous feront remercier le ciel avant de vous replonger dans une atroce souffrance solitaire, le pauvre s’est trompé avec les essuies-glace. Au seul feu régentant la longue route sinueuse que vous pratiquez, il ralentira 100m avant, alors que le feu vient juste de passer au vert, il ajustera certainement son allure, puis pilera quand le feu passera au orange, 50m plus loin. Vos plaquettes de frein ayant déjà fait leur deuil, il ne vous reste plus qu’à attendre que le feu repasse au vert pour vous apercevoir qu’il est myope comme une  taupe hypocondriaque. Il vous faudra klaxonner une bonne minute avant qu’il ne s’aperçoive qu’il est temps d’y aller, encore une pour qu’il démarre et que le feu repasse au rouge pour vous. Autant dire que vous pouvez déjà vous caler derrière l’oreille le superbe sourire FreeWhiteDentsBlancheur pour votre ex-futur boss que vous aviez si longtemps préparé à la maison…

Noumber FÔÔÔÔÔÔRRRRRRR \o/

Les camions terroristes

Le petit vieux ayant fait une malencontreuse chute dans le ravin à bord de sa voiture et votre pare-choc avant ayant une longue éraflure, vous respirez enfin, vous voyez au loin le panneau bleu, le panneau annonciateur de vélocité et de modernise : l’autoroute est à votre portée. Vous ouvrez grand vos fenêtres, vous respirez l’air pur, vous vous détendez un brin, vous essuyez une larme de joie sur votre visage, la vie est belle, le Destin a enfin répondu à vos appels de phares. Aaaaaaah qu’il est bon de passer enfin les vitesses pour rentrer sur l’autoroute, aaaaaaah qu’il est bon de voir de vraies personnes conduire, aaaaaaah qu’il est bon de voir que même les camions vont plus vite que le petit vieux. Y a du monde quand même aujourd’hui. Ah ouais quand même. On va tenter un petit dépassement de camion là, parce qu’à 90km/h, on n’est pas… OH FRACKING MOTHERFRACKER O_O Le camion terroriste est là. Oui, vous le reconnaissez, celui-là même qui vous a vu mettre votre clignotant puisque collé à votre voiture, celui-là même dont vous voyez le conducteur dans votre rétro et qui ne vous donne absolument pas envie de lui acheter un calendrier pour ses étrennes, celui-là même qui est en train de vous doubler…

Outre le fait qu’il y ait un monde inimaginable sur les trois voies, outre le fait qu’il vous a fallu 10 bonnes minutes pour trouver le bon créneau de dépassement, il faut encore compter sur le camion terroriste. Lui aussi attend de dépasser le camion que vous suivez, depuis près de 50 km il ne trouve pas le moyen de le dépasser. Alors vous voir vous faufiler comme une anguille pour entrer sur l’autoroute… Il en a marre et rien à foutre si vous avez votre clignotant, rien à  foutre si vous avez beaucoup plus de facilité à doubler que lui, rien à foutre qu’il y ait un vent à vous décoller un téton, il vous doublera, que vous le vouliez, ou pas. Vous rangez donc votre petit clignotant, bien au chaud, tout tranquillement et vous attendez que ça passe. Enfin si ça passe vu les écarts de route qu’il fait (dus au vent voyons, tous les camionneurs ne sont pas alcooliques roh). L’attente est interminable, vous pensez à vos enfants et combien vous les aimez, à votre ex-futur job entrain d’être pris par un autre plus jeune et plus beau que vous… L’attente est longue mais bienfaitrice, vous pouvez maintenant doubler vous aussi. Ah non, il va falloir attendre que les 150 prochaines voitures vous doublent avant…

Aaaaaah ENFIN, une petite place pour dépasser, vous avez cru devoir rester coller au pot d’échappement nauséabond de ce camion puant, le Destin sans doute ! Ah qu’il est bon de dépasser enfin les 100km/h, ah qu’il est bon de faire une mini-danse héroïque quand vous passez au niveau du camionneur, ah qu’il est bon… OH PUT*IN DE SA MAMAN O_O QUE NOUS ARRIVE-T-IL ? OH NON, OH NON T_T Le retour du camion terroriste, le même. Alors que vous finissez de doubler, vous voyez soudain, dans le coin de votre œil droit, un énoooooooooooooooooorme clignotant se mettre en route. Autant quand vous êtes parti ce matin, vous aviez les corones au niveau des tétons, autant là vous commencez à sentir leurs poils au niveau de vos oreilles. Que fait ce p*tain de camion à doubler juste au moment où vous commencez à le doubler lui ! (oui ça rend pas bien par écrit, à vivre par contre c’est DisneyLand). Apparemment le camion que vous avez doublé tous les deux n’était pas le plus lent, il y en avait un autre devant lui et bien sur, pour bien faire ch*er son monde le Terroriste s’est rabattu entre les deux pour repartir de plus belle PILE au moment où vous arrivez (arrivé à ce moment de la journée, je tiens à vous dire qu’il est préférable pour vous de rentrer, le job, vous l’aurez pas, Karma a pas envie aujourd’hui). Freiner serait une grossière erreur quand on arrive à voir les poils de nez du conducteur qui vous suit. Klaxonner n’aiderait pas des masses non plus. Doubler sur la voie encore plus à gauche, quitte à monter sur la Kangoo qui y est, non plus. S’accrocher à son slip partiellement moucheté et prier, à la limite. Voir une lueur d’espoir quand le Terroriste arrête son clignotant et vous permet de le doubler, en voilà une bonne idée.

Noumber THREEEEEEEEEEEEE \o/

Les livreurs montés en kit

Malgré vos 45 minutes de retard, vous vous dites qu’il est encore possible qu’un miracle se produise : le boss est grave à la bourre lui aussi, ça se trouve il a rencontré le ptit vieux et a tenté de l’aider, il s’est pris le terroriste en pleine face et ils signent un constat… Vous en êtes à imaginer qu’il s’est peut-être fait enlever par des aliens quand vous voyez votre sortie. Dieu soit loué, vous arrivez enfin en ville. Dieu est chiant, vous devez la traverser entièrement. Qu’à cela ne tienne, vous allumez votre GPS déjà prêt et vous sifflotez pour faire passer le stress, tiens on va mettre un tiot coup de musique, ça détendra. Aaaaah on est pas bien là ? A la fraiche ? Hein ? WTF ? Comme à leurs habitudes malsaines, les livreurs sont dans la place et surtout en plein milieu de la rue. En sens unique la rue. Voyons. Ne jamais perdre son sang froid. Surtout quand on voit que le livreur doit dépenser l’équivalent du PIB du Luxembourg dans une salle de muscu. Bon apparemment il vient d’arriver, il reste les 3/4 de sa camionnette pleine. C’est pas graaaaave, une petite marche arrière et le tour est joué ! Oh. My. God. Oui tu le sens cher lecteur tapis derrière ton écran. Tu sais qui vient juste d’arriver derrière la voiture. Tu sais dans quel état de dépression va être ce cher conducteur, tu le sais, tu le sens dans tes petites tripes.

Le petit vieux. Le retour. Et il a pas l’air décidé à bouger de là. La seconde passée à vous demander comment il est sorti du ravin, vous vous rendez bien compte qu’il est pas pressé par le temps puisqu’il commence à tapoter joyeusement son volant au rythme d’une quelconque musique de guinguette. Les prières à Dieu/Allah/PâtéEnCrouteCéleste n’y changent rien, il reste à 5 cm de votre voiture et le livreur s’allume une clope. Le temps pour vous d’allumer encore une fois votre autoradio et de prendre votre mal en patience…

20 min plus tard, Conan le livreur a presque fini de sortir ses merdes et vous rêvez d’une autre vie, où les petits vieux n’ont plus le permis passés 75 ans, où les camionneurs ont des autoroutes rien que pour eux et où les livraisons se font la nuit. Conan dégaine enfin son papier pour une signature bienfaitrice, vous voyez le stylo scintiller dans les lueurs du midi, vous voyez la délicate silhouette d’une jeune femme en tailleur arriver près du gros barbare et vous pourriez presque la demander en mariage tant sa beauté dactylographique vous retourne l’estomac. Vous y êtes presque, vous sentez vos pieds reprendre le contrôle des pédales, vous sentez votre main caresser sensuellement le pommeau du levier de vitesse, vous fermez les yeux le temps d’une seconde et vous êtes heureux. Mais hélas, une journée de merde ne se finit jamais. Vous sentez la jeune secrétaire un peu perplexe, vous le voyez à son sourcil froncé et sa posture en diagonale, vous retenez votre respiration, vous lui envoyez des ondes mentales, vous êtes prêt à sortir du véhicule lui prêter votre stylo si cela était nécessaire (les pannes de Bic sont monnaie courante). Mais le problème est tout autre…

Dehors sur la chaussée, Gisèle est embarrassée, elle vient de trouver ce petit boulot mal payée et qui l’oblige à porter des mini jupes par temps de neige, elle est seule dans l’immeuble et elle trouve le temps long. Une chance que ce livreur sympa soit arrivé, ils ont papoté, se sont bien marrés quand ils ont vu le con assis dans sa voiture entrain de pleurer sur du Céline Dion, et maintenant ils en seraient presque tristes de se quitter comme ça. Mais Gisèle n’est pas embarrassé par le fait que Conan lui demande son Facebook, ni par le fait qu’elle n’en ait pas et qu’elle se sent cruche de l’avouer. Non elle est inquiète parce qu’elle n’est pas qualifiée pour signer les documents qu’elle tient entre ses mains et qu’elle n’ose pas appeler son boss parti déjeuner avec des gros pontes. Elle finira par signer le tout, de peur de se faire tabasser par le fan de Céline Dion qui commence à mâchouiller son volant avec un regard vide, la paupière vacillante et les cheveux fous.

Noumber TWWOOOOOOOOOOO \o/

Légalisons l’euthanasie des piétons

Vous auriez pu parier avec des amis sur cette journée maudite, vous vous seriez fait quelques billets en attendant de trouver une autre offre d’emploi de rêve. Toujours est-il que vous filez à toute berzingue vers votre rendez-vous manqué. Peut-être espérez-vous pouvoir parler à quelqu’un d’humain qui pourra comprendre combien vous en avez chier pour arriver jusqu’ici. Vous vous répétez à haute voix que ça n’est pas grave, vous avez d’excellentes raisons : les gens sont des cons, votre batterie de portable vous a lâché quand vous tentiez de prévenir de votre retard (faut dire, en pleine campagne, derrière un ptit vieux, sans réseau,après 60 tentatives d’appel, fallait pas trop compter dessus), et pis d’abord les gens c’est quand même des gros gros cons…

Pour votre plus grand malheur, vous avez totalement oublié qu’il existe un être doué de raison, totalement libéré des convenances et du qu’en dira-t-on, un être supérieur qui possède la route, qui se contrefout des lois et qui en plus aura toujours raison même quand il aura tort : le piéton. Vous l’avez oublié mais lui a pas oublié d’être con. Ainsi donc, vous arrivez à un croisement, personne, Dieu est avec vous l’espace d’une seconde puis repart se boire une pinte avec les anges puisqu’au moment où vous démarrez, un piéton s’avance sur le passage clouté. Vous en êtes à vous demander comment il a pu apparaître en l’espace de 10 secondes mais il est bien là. Et il n’est pas seul.

Vous n’avez pas remarqué le magnifique t-shirt orange pétant par-dessus son pull noir (vous êtes un peu con aussi faut dire), vous n’avez pas remarqué écrit en majuscules noires « ÉCOLE » (oui vous êtes fort quand même), vous vous rendez compte à présent que la douleur qui emplit votre poitrine laisse place à un vide sidéral, vous ne sentez plus rien, vous sentez votre âme quitter votre enveloppe céleste… Et tandis que l’école maternelle Jean Pâquerette défile dans son intégralité devant votre voiture, vous vous laissez glisser dans votre siège, bercé par les cris stridents des 486 enfants qui tombent tous les 4m et des accompagnateurs qui leur hurlent de rester bien deux par deux… Une fois la parade passée, vous reprenez tant bien que mal un peu de poil de la bête, appuyant mollement sur votre accélérateur, pour rouler jusqu’à votre point de rendez-vous, l’air vague et le moral aussi plat que ce pauvre hérisson sur le bas côté de la route…

Noumber OOOOOOOOOOOOOOOOOOONNNNNNEEEEEE \o/

Quand la pulsion de meurtre devient trop forte

Arrivé devant l’immeuble de votre ex-futur emploi, ne sachant même plus de quoi il s’agit et si c’est vraiment nécessaire de continuer, il faut encore trouver une place pour se garer. Et là le challenge commence. Vous n’êtes plus à 5 min près, puisque vous avez dépassé l’horaire d’au moins un an, mais l’idée de pouvoir sortir de la voiture et se dire « j’y suis » reste une maigre lueur d’espoir à laquelle vous vous raccrochez désespérément telle une moule à son rocher de Noirmoutier.

Entre les places pour handicapés et la pervenche, vous avez fait votre choix : next map. Vous vous mettez à tourner pendant presque 10 min dans le quartier sans voir la moindre place de libre, il y a bien des trous à Smart mais pas sûr que la Xantia rentre. Vous errez donc, telle une vieille mite à la recherche d’une liquette à se mettre sous les ailes, vous patientez quelques minutes près d’une voiture occupée avant de vous rendre compte que c’est un mannequin en plastique d’une boutique avoisinante, vous sentez perler quelques larmes de découragement et vous commencez à vraiment vous dire qu’il est temps de rentrer à la maison. Mais Dieu a toujours un plan sous le coude et vous voilà à 5m d’une grosse berline qui clignote pour sortir de sa place, votre sang ne fait qu’un tour, déjà vous armez votre clignotant, vous psalmodiez toutes les prières que vous connaissez et vous souriez béatement alors que la grosse voiture noire finit de se dégager. Dans votre tête une petite musique bien connue se met en marche et le bonheur vous ouvre ses bras…

C’était bien entendu sans compter CoupDePute et ses amis car durant le court laps de temps où vous souffliez enfin, il a fallu qu’un conducteur voit la même place que vous, oui le mec dans la Smart bleue en face de vous, qui vient de mettre son clignotant lui aussi mais que vous n’avez pas remarqué, trop distrait à être heureux. Et là, durant une dizaine de seconde, dans un ralenti splendide et merveilleux, le soleil se reflétant dans le pare-brise de la voiture à pédale, vous voyez, très distinctement, la Smart, oui oui la Smart, vous la voyez tourner et se garer juste devant vous. Et elle ne prend pas la peine de se coller à la voiture de devant ou de derrière, non. Elle se gare en plein milieu, prenant la place d’au moins deux Twingo. Et en perpendiculaire de la route bien sur, pour ne pas avoir à se fatiguer en sortant de la place.

Votre paupière recommence à sautiller nerveusement. Vous sentez une vieille odeur d’enfance remonter dans vos narines, vous revoyez le moment où Martin Despontes, ce petit fils de p*te, vous avez volé vos billes et ensuite accusé de l’avoir volé lui, vous revoyez sa tête aussi distinctement que vous voyez vos mains se crisper sur le volant. Vous sentez que vous allez faire une connerie, vous le sentez. Vous avez détaché votre ceinture et votre main glisse sur la poignée de porte, vous savez que vous allez le faire et vous voulez le faire… Par contre vous avez du vous tromper de Smart bleue parce que là présentement, Conan le livreur à coté de ce qui vient de sortir de la voiture, c’est Maïa l’abeille… Oh tiens, il semblerait qu’une place se libère un peu plus loin !!

Vous êtes enfin devant la secrétaire de votre non-employeur et vous attendez sagement qu’elle finisse sa conversation au téléphone. Apparemment ça doit être urgent, il est question de manucure et d’aller chercher un quelconque enfant dans une école. Ah voilà votre tour ! « Bien le bonjour mademoiselle, je suis très en retard et mon rendez-vous a sans doute été annulé depuis mais je voulais tout de même faire preuve de bonne foi en présentant mes excuses à Monsieur le Directeur… » – « Ah oui oui très bien, attendez que je regarde… Mais monsieur, vous n’avez rendez-vous que demain ! » …

(10 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • M@ngouste on 28 septembre 2010 at 22:13
    • Répondre

    Encore une merveille, grand plaisir à le lire, et j’ai souffley du nez à chaque photo et commentaire xD !!

    Merci lyrya :p encore une fois ;) !!

    • Schnafon on 28 septembre 2010 at 22:22
    • Répondre

    OMG. La chute est… Énorme.
    On ressent presque la crispation, tous ces moments dans lesquels on s’est dit « Non… Non. C’est pas POSSIBLE. NON », ces instants où on sent que le mauvais karma de toutes les vies antérieures a décidé de nous retomber sur la tronche, comme ça, pour le fun.

    • Tutur on 28 septembre 2010 at 22:37
    • Répondre

    D’t’façons les voitures c’est le mal… Fallait prendre un vélo, voyons! (quitte à perdre du temps, autant profiter du paysage… :p )

    • rockraider on 28 septembre 2010 at 22:45
    • Répondre

    Alors, oui, ça sent le vécu pour tout le monde, mais quand on fait 1h d’attente pour avoir un train (parce que le PV ne sévit pas qu’en voiture ! Il empêche habilement les gens de prendre les escalators et ainsi d’être à l’heure !1) un jour de grève, puis une autre heure de train, puis qu’on se rend compte qu’à Trifouilli-les-Oies-Stéroïdées la seule correspondance avant demain a été annulée… On se demande pourquoi on la paie, la Navigo (si ce n’est pour qu’ils puissent payer les panneaux d’affichage des pubs qui se reproduisent plus vite que des lapins de Garène en manque, et faire la grasse mat’, pasqu’à la RATP, on bosse 15h par semaine, faudrait pas se luxer les doigts à pousser sur des boutons)…
    J’aime la RATP et la SNCF… (L) Si si, c’est vrai… *grr*

    1. C’était trop simple de taper sur les cheminots et puis j’aurais eu plein de commentaires haineux, des menaces de mort et tout… Et comme je prends le train de temps en temps, j’ai pas envie de me faire calfeutrer la tronche par un contrôleur qui a la rage :D (mais ouais c’est quand même des grosses tanches… NAN J’AI RIEN DIT !!!)

    • gameese on 29 septembre 2010 at 0:02
    • Répondre

    D’après coloc, il paraît que l’inventeur de l’espèce de machine à tracter les pervenches de l’espace là, est mort des suites d’un « accident » avec une de ces machines il y a peu. Il est tombé du bouzin pour x raison et a fini connement noyé… Du coup j’suis pas certain que l’appareil fasse l’unanimité au sein du corps de police bien longtemps ^^’

    Sinon, need un troisième volet à la non trilogie de Conan. Franchement, après Conan le Barbare et Conan l’aventurier, Conan le Livreur ça envoie j’trouve :D

    1. OMONDIEU nous avons un Darwin Award :D Enfin en même temps, je suis pas sûre de vouloir monter sur l’un de ses trucs, trop peur de me casser méchamment le fion sur du gravier (et là t’aides pas avec ton histoire XD)

      1. OMONDIEU OMONDIEU EN PLUS C’EST VRAI O_O http://www.msnbc.msn.com/id/39377851/ns/world_news-europe/

    • Poulpito on 30 septembre 2010 at 18:26
    • Répondre

    Ouai ouai c’est vrai :) en testant le modèle TT il s’est ramassé !!

    bon sinon Lyrya :p keeeeepppp Coooll
    http://www.dailymotion.com/video/x28dnn_louis-armstrong-wonderful-world_music

    :D

  1. c’est tellement vrai !!! enfin je me retrouve surtout dans les petits vieux qui n’avancent rien, et comme j’ai surtout conduit en campagne, je pense aussi aux tracteurs que tu te tapes sur 5 kms avant de réussir à doubler… mais à la campagne t’as pas le choix, tu peux pas prendre le métro !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

÷ five = 2

o_O ^^ T_T B) @_@ >_< ;) :x :sarcastic: :sad: :pirate: :p :ouf: :nomnom: :nerdy: :money: :malade: :mad: :grr: :evil: :cube: :crazy: :chut: :angel: :O :D :? :3 8O -_- +1 *_* *^^* (L) (K) -1

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.